BAM !
Bibliothèque Associative de Malakoff
13 novembre : retour de discussion
Categories: General

antiterrorisme

La discussion a eu lieu librement, sans axes de discussion préalablement posés, juste au gré des ressentis et réactions de chacun-e.

Afin de ne pas dénaturer les propos et le fil des discussions, les interventions sont reproduites telles quelles ci-après :

- Ce sont des gouvernements autoritaires qui se sont installés au moyen-orient qui financent et favorisent un islam intégriste. (…) Il faut sortir du discours qui affirme que « l’Islam est la religion opprimée » et retenir qu’il y a plusieurs formes d’Islam.

- Quand on parle du Moyen-Orient c’est extrêmement compliqué, il y a plusieurs formes d’islam et divers intérêts économiques qui s’affrontent. Depuis 2-3 ans, avec le gaz de schiste, les USA sont devenus autosuffisants en pétrole. Leurs intérêts au Moyen-Orient sont devenus mineurs : les USA ne se sentent pas concernés par ce qui s’y passe.

- Il faut considérer les choses d’un point de vue capitaliste : la mondialisation du capitalisme a réussi a faire de l’ensemble des habitant-es de cette planète les otages de ce système. Ce système a occasionné des guerres extrêmement meurtrières (1ère et 2nde guerre mondiale). Depuis 1945 les conflits se sont multipliés mais le système n’organise plus des guerres de cette ampleur. C’est le système international capitaliste qui dirige tout et se fiche de la couleur d’un état, dès l’instant que les dollars circulent. (…) La guerre de Bush a été suivie par l’Angleterre, mais les gouvernements occidentaux ont été réticents à la suivre. Dans cette zone du globe il y a des intérêts financiers énormes. Daesh ne fabrique pas d’armes mais les achète. En revanche ils produisent du pétrole et la Turquie l’achète et le revend. Si les USA voulaient pulvériser Daesh, ils le pourraient, mais il ne s’attaquent pas aux exploitations de pétrole. (…) Quand il y a eu la guerre en Indochine, on y vendait des armes après avoir tout rasé.

- Suite aux attaques du 13 novembre, les valeurs boursières des usines d’armement des USA ont pris en quelques jours 6 à 10%. Ici aussi les usines comme Thalès ont pris 3-4% : la France est 3ème exportateur devant la Russie. Dans (?), un article intéressant est paru, qui dit que la France a fait le choix de la vente d’armes. En parlant de Daesh, ça ne date pas d’aujourd’hui les soucis, c’est le résultat de la guerre en Afghanistan, en Irak. Les armes là-bas qui y ont été laissées, ont été récupérées et une partie de la population locale en Irak accueillit Daesh favorablement. Ce qui est inquiétant c’est l’état d’urgence ici, c’est le vote unanime des députés à l’assemblée

> mais qu’attendre d’autre d’eux ?

- Je n’attends rien, mais on est en plein dans une dérive comme ce qui s’est passé avec Bush, c’est une atteinte aux libertés fondamentales. Il y a un certain nombre de gens qui sont contre l’état d’urgence ici.

- Ce qui a été dit au départ, pose quelques questions : contrairement à ce qui s’est passé à Charlie, ça a tué indistinctement. La question qu’on peut se poser c’est pourquoi des jeunes dans les quartiers ici se radicalisent, est-ce que c’est une question sociale ? Est-ce que ce sont des gens qui n’attendent plus rien de la vie ici qui basculent dans quelque chose d’horrible ? Cette histoire d’état d’urgence risque de grèver la vie en France, qu’est-ce ça va entraîner ?

- Il y a eu l’exemple de fils de la bourgeoisie qui sont partis en Syrie, qui montre que ce n’est pas la détresse sociale seulement qui peut résumer la problématique de la radicalisation. C’est davantage un phénomène de secte. On parle beaucoup de l’État Islamique, mais au départ c’est l’Arabie Saoudite qui a financé l’EI.

- La misère n’est pas seulement sociale, elle est mentale, comme tout le monde se cherche un destin avec plus ou moins d’ardeur, il y a un vide radical entre les humains, qui est comblé par ce choix. Cette misère est présente dans l’idée de suicides collectifs, qui monte aussi parallèlement. Il y a une misère énorme.

- Il y a eu Villers le bel où un certain nombre d’entre nous ont tenté d’aller au moment des émutes, mais on a vu le décalage. Il faudrait s’interroger sur le fossé qui s’est creusé, retourner dans les cités.

- On semble s’étonner que des jeunes puissent s’engager, mais il y a des prédicateurs à l’œuvre qui sont dans les mosquées qui recrutent et sont de véritables fanatiques. Durant la seconde guerre mondiale que j’ai connue, il y a avait des miliciens dont le fanatisme n’avait rien à leur envier. Là on parle de religions, mais certaines opinions politiques sont aussi des formes d’idéologie fanatiques : le fascisme, le stalinisme qui ont fait tuer des milliers de gens. On ne peut pas grand chose aux prêchi-précha, ce n’est pas qu’une question de misère sociale. Il y a des gens supérieurement instruits investis là-bas. Un mot sur l’armée aussi : admettons qu’on arme la France pour qu’elle ne soit pas attaquée, alors pourquoi on arme ceux qui vont nous attaquer ? Parce que ceux qui vendent ne vont jamais être ceux qui sont attaqués et tués. L’argent n’ayant pas d’odeur, le système se complait à gagner de l’argent quel que soit le sang versé. J’ai été plus affecté par Charlie que par les évènements de la semaine dernière, parce que c’est ce qui fait la liberté d’expression.

- On a des analyses socio-politiques où on atteint les limites de ce qu’on peut faire. Il y a des vides sociaux qui sont notables et les prêcheurs sont une poignée qui n’ont pas tellement d’influence, ce sont plutôt les gens autour de ceux qui font une trajectoire radicale qui servent de relais. Ce n’est pas un prêcheur qui a suscité un engouement des individus dans le nazisme, c’est une ferveur collective et un sentiment d’appartenance à une communauté et un idéal. Dans notre analyse, il faut quand même s’interroger pourquoi des jeunes des quartiers populaires en viennent à nous détester. On s’était étonnés au moment du CPE de la raison qui pouvait pousser des centaines de jeunes de quartiers populaires à nous attaquer. Il faut quand même essayer de trouver un langage commun qui puisse nous réunir.

- C’est important de prendre comme point de départ que les gens sont atomisés dans ce système, mais les formes idéologiques (de Daesh, nazisme, etc.) ne doivent pas être gommées. Mais c’est un peu étrange ce « avant on arrivait à se parler », je n’ai pas connaissance de cette réalité. Ce n’est pas nous les blancs et eux les arabes et les noirs, je vis à côté d’une cité et je n’ai pas l’impression qu’ils me détestent. Ce n’est pas ce que je vis et vois. Sinon ce serait dire que les gens dans les banlieues seraient musulmans et pourraient tomber dans cette dérive. C’est un phénomène minoritaire mais qui a beaucoup d’impact. L’exemple du CPE n’est pas anodin et montre pas mal de choses mais le reste des émeutes n’a pas montré ça, plutôt de la solidarité avec des gens des quartiers populaires. On ne peut pas réduire à une fracture entre banlieue et reste de la ville. On a du mal aujourd’hui à se remettre en cause sur nos conforts et c’est justement dans les moments d’émeute et dans la lutte qu’on se rapproche et qu’on réduit ces différences.

- Force est de constater qu’il n’y a pas beaucoup de noirs et d’arabes dans la salle, J’habite St Denis et je constate qu’il y a quand même un écart. Il n’y a pas que les libertaires qui sont concernés par les lois qui sont en train d’être votées, mais notamment les quartiers populaires. Quand on parle de vie et de misère, il y a quand même un terreau : qu’on ait fait des études ou pas, il y a des bac+5 qui n’ont pas de boulot et sont dans un vide social. Il faut vraiment se dire les choses. À St Denis il y a des militants qui parlent au nom des gens des cités, qui distribuent des tracts et ne vont jamais prendre en compte les aspirations des gens des cités. Il y a quand même un terreau pour les prêcheurs qui offrent les perspectives d’emploi, de reconnaissance, de mariage. Il faut un travail quotidien de tous les jours pour aller à l’encontre de ça, ç’aurait été bien qu’il y ait des noirs et des arabes ce soir ; il n’y a pas forcément de haine contre l’anarchiste ou le blanc, juste un défaut de communication. La solution c’est dans l’être ensemble. Comme écrit dans « à nos amis » il y a un message de la nécessité du vivre ensemble pour construire une lutte ensemble.

- Moi j’ai commenté à militer il y a plusieurs années, pour moi le vivre et militer ensemble fait pas mal écho à ce que je pense et ressens. J’ai davantage envie de l’être et vivre ensemble, c’est comme ça qu’on lutte contre ce vide mental qu’on évoquait. Maintenant les moyens pour le faire sont divers.

- Ce qu’on a réussi récemment c’est sur les manifs Gaza et Palestine : il n’y avait aucune structure, à part le NPA, de blancs qui était présente particulièrement. Et les noirs et arabes étaient très nombreux.

- Ces jeunes qui se radicalisent est-ce qu’ils ne sont pas juste en colère ? Contre les opérations militaires ailleurs, contre les politiques économiques. J’ai toujours défendu l’action directe, même en France lorsque le patron total a été tué, je comprend qu’on prenne les armes. Dans les médias on donne trop de place aux dirigeants de Daesh et aux complotistes mais on interroge pas les jeunes qui sont en colère.

- Je suis contente de ton intervention parce que depuis tout à l’heure j’ai l’impression qu’on se pose en experts de la radicalisation. Ce qu’il manque beaucoup au propos c’est l’analyse géopolitique : bien sûr il y a un vide ou une misère sociale mais il y a surtout des guerres. Si on suit la trajectoire des tueurs de Charlie, c’est en visionnant les vidéos d’exactions d’Abou Ghraib qu’ils se sont positionnés. Quand la France décide qu’elle va intensifier les bombardements en Syrie et Raqqah, comment on se positionne ? C’est la réponse de l’état qui est absurde et qui a produit cette situation.

- Il y a un imam américain qui au fur et à mesure de la sale guerre s’est orienté sur les thèses salafistes et c’était la première victime d’un tir de drone au Yémen. C’est la figure type d’un citoyen américain qui s’est radicalisé au regard des exactions commises par l’armée américaine. Il y a un film qui retrace ça, « American Dirty wars », qui explique comment on prolonge ces guerres.

- Il y a un truc qui me choque depuis toute à l’heure, on a eu un glissement vers le terme « jeune de banlieue » et j’ai eu l’impression d’avoir déjà entendu ça à la télé. Je suis un peu gêné depuis toute à l’heure et j’attends avec inquiétude la suite de la discussion.

- Je ressens un peu la même chose, on spécule à vide sur les causes de la radicalité entre radicaux, c’est un peu stérile. L’autre axe de discussion géopolitique qui me mal à l’aise. On a un peu le sentiment d’une compétition de qui a le mieux révisé ses fiches sur Daesh. Moi ce que j’attendais de cette question c’est qu’est ce qu’on fait dans la situation présente face à un état d’urgence, de façon un peu plus egocentrée. Et qu’est-ce que ça crée pour les luttes, face à quelles contraintes on va être et qu’est-ce que ça va entraîner.

- Je suis de la Turquie, et Daesh est un peu partout. Ce problème vient de l’islam, qui n’est pas tolérant et de l’absence de démocratie. Jusqu’en 1980 on était bien et après on nous a emprisonnés, et en sortant il y a avait des barbus partout. J’emmerde le système et tous les religieux, oui je suis islamophobe, je suis contre toutes les religions.

- Toute à l’heure je ne parlais pas de blancs mais de classes. Cette question d’état d’urgence il faudrait la creuser. Pour toutes les manifs à venir, il faut maintenir, parce que c’est un enjeu important. Pas tant de dénoncer l’état d’urgence mais de maintenir nos luttes.

- C’est l’idéal qui pêche, à partir du moment où il y a un idéal, on ne vit pas, c’est une recherche de l’inatteignable, on rentre dans le religieux.

- Je voulais répondre à notre jeune ami qui ne comprenait pas comment il y a avait eu une cassure avec les banlieues. Ici à Malakoff c’est aussi une banlieue, il y a des arabes, des noirs et ils sont tous très sympathiques. En 14 les soldats des colonies n’étaient pas sur les monuments aux morts. Quand De Gaule est parti, suite au discours de Brazzaville, il y a pas de bons français qui sont partis avec lui mais 95% étaient des africains. Après la guerre on a reconstruit les capitaux des collabos industriels surtout et pas tellement la France, elle s’est reconstruite avec les travailleurs immigrés. Aux usines de Renault il y avait plein d’ouvriers nord-africains. Aujourd’hui même avec des bac+3 leurs enfants trouvent pas du boulot. C’est un terreau facile. Ce sont des jeunes qui partent là-bas, pas les vieux barbus. On doit se poser la question de qu’est-ce qu’on fait ici. On nous dit que ça va faire 3 mois, jusqu’en février pour l’état d’urgence. Si on a des manifestations pacifiques il faut les maintenir et les faire.

- Je n’ai pas envie de prolonger l’analyse sociologique, je me suis mal exprimé toute à l’heure en utilisant ces terminologies. Je ne veux pas me concentrer sur une perspective égocentrée d’état d’urgence, ça fait plusieurs années que je travaille sur les problématiques de Frontex et les armements policiers, et j’ai toujours le sentiment qu’on arrive avec un train de retard. J’ai envie qu’on puisse un peu dépasser ces questions égocentrées et retrouver un peu de lutte internationaliste, un terrain qu’on abandonne trop parce qu’on a l’impression de pas les maîtriser. Moi j’ai envie de comprendre ce qu’il se passe aujourd’hui en Syrie, ça fait 60 ans que la gauche française se sensibilise sur la Palestine mais qu’est-ce qu’il se fait concrètement. Aujourd’hui qu’est ce qu’on met en place comme solidarité concrète, qu’est ce qu’on met en place comme soutien concret comme on pouvait le faire il y a quelques années avec des militants qui allaient au Liban, en Palestine, etc. Il y a un régime autoritaire qui oppresse le peuple kurde, et ce qui est construit en face par les kurdes me paraît chouette et coloré, que fait-on pour ça ? Des brigades internationales ont été constituées, et nous qu’est-ce qu’on fait pour répondre à cet appel ? Contre l’impérialisme américain, l’autoritarisme turc, qu’est ce qu’on va faire ? Ca ne m’intéresse plus de savoir ce qu’on va faire face l’état d’urgence, c’est une situation qu’on retrouve dans d’autres pays en permanence. Et oui, on risque de prendre cher avec la politique sécuritaire, mais j’ai envie d’élargir le champ de pensée et de me poser la question des solidarités internationales.

- Il y a quelques années on voulait faire une manifestation dans le cadre de la francophonie contre la présence de dictateurs africains à Paris et je me suis vu répondre que s’ils disparaissaient, les américains prendraient leur place. Ca fait dix ans que chaque année on vote une loi sur la sécurité, il faut un discours un tant soit peu construit et solide sinon on est perçus par une grande partie de la population française comme quelques marginaux qui veulent lutter contre les dispositions qui protègent du terrorisme. On pourra publier un très gros livre après le 13 novembre sur tout ce qui nous a déplu et le lire entre nous, mais ça n’aura pas plus d’impact que ça.

- Il y a des choses intéressantes et d’autres moins qui ont été dites, là j’ai le sentiment qu’on est un certain nombre secoués à ne pas savoir quoi faire. Au-delà de tous ceux qui prônent de retourner sur les terrasses, il y a pas mal de textes qui sont sortis qui apportent d’autres réflexions plus intéressantes, on doit investir ce terrain. Un des options qui me semblent vraiment pas bonne c’est l’idéalisation des nationalismes, notamment sur les positions des YPG. Je ne conseillerais pas aux gens de se battre au Rojava, personnellement c’est plutôt dans le rapport à la police que j’ai le sentiment qu’il y a quelque chose à faire, et dire qu’on qu’on est contre la guerre, l’état d’urgence, les assignations à domicile. J’aimerais bien qu’un certain nombre de gens sortent de leur stupeur militante, en décidant de venir aux manifestations interdites parce que ça va forcément déclencher des réponses de l’état et policières qui pousseront à nous positionner.

- Avant de sortir d’ici j’aimerais qu’on se mette d’accord sur l’état d’urgence, sur des positions collectives qu’on pourrait énoncer, ou demander des précisions quant au port d’arme des policiers (est-ce que les flics pourront picoler en même temps qu’ils portent une arme hors service ? etc.)

- J’avais aussi envie de parler de ce qu’on pourrait faire. La situation sociale ici ne concerne pas que les militants mais toute la population. Je pense que ça serait une erreur de dire qu’on fait la même chose que d’habitude. Je ne dirais pas forcément qu’il ne faut pas y aller, on peut aussi y aller en ne prenant pas des armes. Faire la différenciation entre là-bas et ici me paraît pas pertinent, c’est la merde ici et ailleurs, et si tout le monde ne peut pas aller se battre au Rojava, c’est aussi pertinent de s’organiser ici. Par exemple aller ensemble à la manif de demain., parler de ce qu’entraînent les fiches S, l’état d’urgence, etc. La dernière fois qu’il y a eu l’état d’urgence en France, c’était il y a 10 ans et il y a eu plein de manifs contre l’état d’urgence et ça montrait qu’il y avait d’autres gens qui se solidarisaient avec ce qui se passait dans les quartiers populaires. Si on fait des manifs contre ça, ça va nous être renvoyé à la gueule, il faut organiser des évènements qui disent ce qu’est l’état d’urgence et ce que ça entraîne. Et aussi des évènements contre la guerre.

- Dans l’atomisation qui règne avec la disparition de cadres politiques, cet espace de partage émotionnel semble être le seul endroit qui existe, comme avec le tsunami. Sur le plan des affects, immédiatement il y a un partage qui s’installe. Ce partage sensible et le besoin collectif qui en découle, doit servir comme base pour savoir ce qu’on doit construire. Poser des discussions dans les quartiers pour parler des émotions communes. Comment cette expérience commune peut être sortie de l’impuissance commune de la solidarité en ligne et la communion devant le Carillon. Le rare commun, lieu commun qui reste, c’est cet affect. Là il y a la COP21 qui arrive, ce qu’il se passe avec l’état d’urgence peut amener assez rapidement des espaces communs et ces lignes vont bouger, ça serait bien de savoir s’il y a des retours là-dessus déjà sur ce qui s’organise par exemple.

- Avec les fiches S, on se demande qui en une ou pas, et de savoir si les militants feront les frais de tout ça. En banlieue il y a plein de militants politisés : je me souviens que quand on faisait des manifs, dès qu’on était trois on était interpellés. Là je me dis que si on essaie d’organiser des manifs on va avoir le droit à une situation qu’on ne connaît pas encore. On disait toute à l’heure qu’on allait retomber à nouveau dans une époque difficile, mais je n’ai pas l’impression d’avoir déjà connu personnellement ce qui vient.

- Qu’est ce qu’on pourrait faire pour organiser des vrais temps de discussion sur l’état d’urgence ? Ce que j’avais en tête ce n’était pas de faire des tracts et brochures, mais aux USA les syndicats étaient particulièrement mobilisés durant la guerre au Viet Nam. Là on a des manifs interdites et on peut se demander ce qu’on fait : est-ce qu’on y va quand même ? Est-ce qu’on se reporte sur des actions illégales, où le piège est plus évident, avec une répression qui s’appuie sur une stigmatisation. Qu’est-ce qu’on fait pour ne pas être attendus ? Je ne suis pas certain que le moment est celui où on est le plus fort pour porter l’action anti-sécuritaire ? Là on est exposés à choquer des gens en organisant des actions qui habituellement ne choquent pas les gens ? Tout ça ce sont des questions que je me pose, que j’aimerais qu’on se pose.

- Nous sommes encore un pays colonial qui continue à l’être sous d’autres formes. Qu’est-ce qu’on fait sur le Mali, la Lybie, etc ? Il faudrait qu’il y ait des suites à ça. Il y a ce qu’il se passe à l’intérieur et à l’extérieur. Là ils sont partis pour aller bien au-delà de l’état d’urgence, comme au moment de Guy Molet. Même les communistes étaient pour. On a à combattre notre propre impérialisme. Combattre notre armée, les fauteurs de guerre. Je suis ‘accord d’aller avec des brigades internationales, les kurdes, mais faut savoir avec qui on va. Mais je pense qu’il faut qu’on cherche à comprendre où on est. La politique et la géopolitique peuvent nous aider à comprendre et éviter de faire n’importe quoi. Il y a quelques années il y avait un mouvement anti-guerre, aujourd’hui il manque quelque chose. Aujourd’hui il y a un autre aspect : Daesh ils (les gouvernants) s’en foutent des conséquences, mais là où ils devraient s’inquiéter c’est des conséquences de l’état d’urgence, ici, avec les lois qui sont votées actuellement. Le plus important c’est notre auto-censure : l’Agéka par exemple est fermée ce soir au BDS (collectif de soutien à la Palestine) et pour tout le reste jusqu’à nouvel ordre. Ce n’est pas notre guerre, mais ce sont nos morts. Attention à l’argument « là ils ont touché tout le monde », parce que les juifs c’était pas tout le monde. Ce n’est pas la réunion ce soir qui va nous éclairer, ce n’est pas sur un sujet aussi complet qu’on va aboutir.

- Au début c’était un peu frustrant pour moi : on parle de la banlieue, moi je suis de la banlieue, ce n’est pas pour ça que je me radicalise. Les autres parlent de français, blancs, arabes, etc. mais ils ne le vivent pas. Excusez-moi je craque un peu, parce que dans ma famille les questions de religion causent plein de soucis. Le jour des attentats, ma sœur que je n’ai pas vue depuis 23 ans m’a appelé pour savoir comment j’allais, je lui ai dit « tu m’appelles juste pour ça ? ». Je travaille dans l’animation et c’est frustrant parce que je fais du théâtre avec les enfants et avec l’état d’urgence la représentation est annulée, les parents ne pourront pas venir voir leurs enfants. La justification c’est qu’avec la diversité des origines on ne sait pas ce qui pourrait arriver. Et lors de la réunion a été évoquée l’idée qu’on ne laisse pas rentrer tout le monde, juste un parent à la fois, pour limiter le nombre. Et sinon un enfant a dit à son copain « j’adore les armes » et en lui demandant s’il sait que ça sert à tuer, il répond que oui, que ça sert à tuer les ennemis. J’en ai marre qu’on parle d’arabes, de blancs, etc. je suis juste là comme ça, sans couleur : on ne va pas marquer « première ou seconde génération » sur notre front.

- Je ne pense pas qu’on soit à l’aube du fascisme, j’entends ça depuis 1958, ça ne veut pas dire qu’il faut tout laisser passer. Depuis la semaine dernière il y a pas mal de manifestations interdites qui se sont maintenues, et sur les « fiches S » il y a le syndicat de la magistrature qui a pris ses distances avec la position officielle. Personnellement, le fait que la police puisse perquisitionner la nuit me semble pas épouvantable, qu’elle puisse le faire sans accord de la justice me choque par contre.

- Depuis plusieurs années la rue est progressivement confisquée avec la rénovation urbaine, là on passe à un pallier supplémentaire. Demain il faut y aller, en soutien aux migrants. Pour la manifestation de soutien à Air France il faudra y être aussi parce qu’Air France a demandé 4 licenciements et ils vont passer en procès en plus. Ils sont sortis du cadre et vont prendre cher pour l’exmple. Avec les différentes lois de destructuration sociale, il faut reprendre la rue, pas seulement pour se balader entre Bastille et République.

- On dit qu’il faut lutter contre la guerre. Il y a eu des gros mouvements contre la guerre d’Algérie. À l’époque ce n’était pas une armée de métier, c’était facile d’argumenter auprès des familles que leur enfant allait se faire tuer. Aujourd’hui, depuis Chirac, c’est une armée de mercenaires, c’est plus compliqué. C’est beaucoup plus difficile de lutter contre la guerre qu’à l’époque de la conscription. Deuxième question sur les révoltes, grèves et manifs sociales : dans chaque usine il faut essayer de fédérer les révoltes et être là avec nos pancartes. Il ne faut pas faire trop de discours, mais être dans chaque grève et révolte. Il faut manœuvrer en fonction de ce qu’il se passe. Demain on ne sait pas ce qu’il peut se passer, demain il peut y avoir une petite flamme qui s’allume et on y sera, il ne faut pas désespérer.

- Moi si je suis venu ici ce soir, c’est parce que je pense que l’état d’urgence ne doit pas durer 3 mois, ça c’est clair. Jusqu’à maintenant on était en résistance à l’occupation marchande, là on rentrer dans une autre ère. Parler de géopolitique ça ne me parle pas trop, je préfère me concentrer sur ce qui se passe ici.

- La géopolitique c’est important aussi, mais ça demande beaucoup de travail. Dans la vie de tous les jours c’est difficile d‘être confronté au discours ambiant et de déplacer la violence vers l’État. Mais je vois que je manque d’éléments historiques et d’arguments et j’aimerais qu’on travaille tout ça pour avoir un contre-discours. Ce qu’on peut faire nous c’est se renseigner entre nous déjà pour lancer une lutte contre la guerre.

- Sur la question anti-guerre : la guerre est au-delà de l’armée de métier. En Syrie pas de déploiement de troupes, on tire du ciel. En Afghanistan la guerre de drones, soi-disant ciblée a touché des civils partout. Pareil sur Raqqah maintenant, on frappe la population qui vivait là avant que Daesh arrive et qui vit toujours là. La terreur s’exerce sur les populations de ces pays, Iraq etc… par exemple dans les stratégies de bombardements sonores sur les villes avec du heavy metal pendant des semaines par les américains en Irak. Ca marque la problématique de la guerre telle qu’elle est menée, il faut combattre les instituts stratégiques qui sont derrière et véhiculent un héritage de la contre-insurrection. Il faut les combattre partout où ils se trouvent. Pourquoi on trouve au salon du livre sur le stand du Ministère de la Défense le livre La guerre moderne de Roger Trinquier (manuel d’instruction pour la guerre d’algérie) ? Quelle décomplexion ! Toute cette guerre soi-disant à distance, il faut trouver des axes pour y faire face et cibler :Retour ligne automatique
les producteurs d’armes. Ex documentaire the lab de Yotam Feldman. Le conflit Israël-Palestine glisse concrètement sur le terrain du marché des armes, avec des zones concrètes pour tester les armes et les méthodes de contre-insurrection. La guerre devient la vitrine concrète des vendeurs d’armes. Tant que cette économie grandissante, qui en outre détient une partie de la presse, est là il faut la cibler. Je ne veux pas dénoncer simplement la « guerre », mais comprendre ses nouveaux visages, cibler la manne financière qu’elle permet.Retour ligne automatique
Les idéologues et instituts stratégiques qui théorises ces guerres « diffuses ». il ya un nombre incalculable de conférences sur ce sujet à Paris via l’Institut National des Hautes Étude de la Défense Nationale (INHEDN) ou l’Institut National des Hautes Études de Sécurité et de Justice (INHESJ). Des sujets Ex « comment dans un environnement de guerre maintenir des structures économiques ? », etc.Retour ligne automatique
La guerre en Syrie n’est pas qu’une réponse électorale pour dire « voilà on a fait quelque chose » : la dimension financière de ce que rapporte l’armement est cruciale.Retour ligne automatique
Les atteindre en étant là où ils sont est un des aspects possible de mobilisation/ Retour ligne automatique
Les secteurs militaires et sécuritaires sont les mêmes. Le salon Milipol cette semaine n’a, lui, pas été annulé. On n’est pas assez présent sur ces trucs là. En Angleterre on a la « counter-terror expo » et bien d’autres expositions dans le monde où la guerre est une vitrine de démonstration pour l’industrie sécuritaire. Il faut se concentrer sur les théoriciens de la sécurité des gens comme Alain Bauer, Xavier Raufer etc qui ressuscitent la contre-insurrection dans la guerre extérieure et intérieure.Retour ligne automatique
Lors des mobilisations en soutien à Notre-Dame-des-Landes un groupe de personnes est entré chez François Pinault comme dans un moulin : ces grandes fortunes se sentent tellement inatteignables que leurs grandes propriétés ne sont même pas sécurisées.

- Parler en terme d’impérialisme ne permet pas de comprendre ce qui s’est passé le 13 novembre. Ce n’est pas la république française qui a tué les gens aux terrasses des cafés et au Stade de France. Il faut avoir des réflexions par rapport à l’état d’urgence, mais la raison de la grande émotion et la difficulté à fixer la pensée est l’existence d’un « nouvel ennemi » qui attaque quelque chose en France et qui n’est pas notre ennemi habituel dans les luttes qui existent, anti-capitaliste, etc. C’est à dire des fanatiques religieux et ce qu’il y a derrière viennent attaquer en France l’impérialisme, ils viennent attaquer la dépravation et la débauche. Ce qu’il y a derrière c’est « la religion ».

- Là, ce qui est en train de se passer c’est la construction de l’image d’un djihadiste qui peut être n’importe qui. Il y a un tournant. C’est une des premières fois que le terme de guerre est utilisé avec les titres « acte de guerre », « déclaration de guerre », on est sur un tournant guerrier. C’est un pas de plus dans la rhétorique de guerre et la logique de mobilisation générale qui l’accompagne. L’anti-terrorisme est aussi un mode de gouvernement.

- Il y a plein de messages contradictoires véhiculés par la presse mainstream qui déplcent la peur avec discours sur « tenez vous debout », « occupy terrasse » etc.

- Je commence à mieux comprendre le lien entre sécuritaire, état d’urgence, militaire dans un lien économique. J’ai du mal à tout lier dans une même logique mais je ne suis pas certain de tous ces liens.

- J’ai du mal à parler depuis le début je ne me sens pas trop à ma place… on a eu pleins « d’enseignements » d’ordre historique et sociologique ce soir, les gens ne sont pas ignares par rapport aux origines de ce qu’on vit. Mais ça serait bien qu’on se rende compte qu’on n’a pas forcément besoin de prouver qu’on sait plein de trucs, mais se demander ce qu’on doit faire contre ça et qu’il n’y a pas besoin de parler des heures pour ça. Moi ma question c’est : comment se réapproprier la rue et les espaces ? comment refuser l’état d’urgence ? on n’a pas à se laisser faire. Que faire de cette léthargie ? de l’information qu’on ne veut pas absorber ? je n’ai pas été consulté un seul moment sur ce décret et je n’accepte pas ça. Je n’ai pas forcément de moyens de le contourner là tout de suite. Là j’en ai marre, je suis fatiguée, on se cantonne à rester dans un débat d’idées et une réflexion historique sur les événements et ça ne mène jamais à quelque chose de concret. On est là dans une situation un peu plus radicale et dictatoriale… J’aimerais qu’on parle de ce qu’on peut faire contre cet état d’urgence qu’on doit refuser.

- Tu es un peu dure avec la discussion car il y a eu quand même des pistes évoquées :Retour ligne automatique
braver l’état d’urgence en allant aux manifs interdites, comme celle des migrants du 22 novembreRetour ligne automatique
se mobiliser contre les vendeurs d’armes et les théoriciens de la guerre contre-insurrectionnelle avec de l’action directeRetour ligne automatique
relancer d’autres discussions ici et ailleurs pour partager les émotions, les analyses, partir des affects communs…Retour ligne automatique
Il faut aussi qu’on discute en profondeur de tout cela, y compris de l’historique. Les partages de points de vue et les expériences historiques sont intéressantes et permettent de poser des stratégies, par exemple celles et ceux qui ont vécu la seconde guerre mondiale et guerre d’algérie, et les autres politiques militaires de l’époque (armée de conscription VS armée de métier, etc). Là on est à un moment où on doit poser des réflexions de fond sur l’état social dans lequel on se trouve. On a peu de textes basés sur une théorique politique offensive et pas seulement sur une réflexion sociologique. Au moment des mouvements sociaux plein de textes et revues très forts ont été publiés. Il faut créer un terrain de résistance sociale, pas seulement en s’opposant à l’état d’urgence mais en justifiant cette opposition, en l’écrivant, en la documentant.

- Moi le soir des attaques j’avais envie d’aller au bataclan car dans ces moments là on a une confiscation de l’entraide naturelle que les gens manifestent. Autonomie et entraide collective plutôt que prise en charge médico-psychologique et stratégie du choc. Il faut opposer une résistance concrète dans ces endroits là en étant là à côté des gens, en déconstruisant les discours, en s’insérant dans les conversations et influant sur l’ambiance. Vivre la réalité c’est ne pas la vivre à distance. Retour ligne manuel
- Un autre aspect de la situation est la stratégie en cours à Saint-Denis avec une militarisation de la ville où tout le monde est contrôlé. Terreur de l’état policier : « on maîtrise la situation et vous en faites partie ». Il faut être là-bas aussi. Ce n’est pas la question de blanc ou pas blanc, mais de catégories qui échappent, ou pas, au spectre préventif des suspects potentiels. Peut-être s’opposer aux contrôles policiers de manière directe (brochure résister aux contrôles aux faciès). Retour ligne automatique
Il faut trouver des moyens d’avoir des prises contre ce système hypersécuritaire qui organise le choc et l’impuissance, en lien avec des réalités palpables, par une résistance directe au contrôle policier.

- Quand je dis se réapproprier la rue ce n’est pas que les manifs, il ne faut pas faire que manifester, mais re-créer du lien. Etre là où il faut quand il faut. Il faut qu’on se parle tous et pas que entre nous, entre « militants très politisés ». ne pas oublier que pour énormément de gens l’armée et la police ça rassure.

- Si on se mobilise contre les contrôles policiers et qu’on veut re-créer du lien social… qu’est ce qu’on fait à la place ? Contre l’argument de « oui ben du coup y’aura peut être d’autres attentats en échange de libertés » ? Il y a un tri raisonné à faire dans le couple infernal libertés-sécurités. En juillet il y avait une loi qui était censé garantir la sécurité de tous, ce qui n’est pas le cas : je suis opposé à ce que la police puisse perquisitionner sans l’aval de la justice. Il y a un tri à faire . Ce qui est des mesures sécuritaires, il y a en a toute une partie qui n’a pas d’efficacité et qui menace les libertés fondamentales. Retour ligne automatique
20 armes pour 350 perquisitions, combien de portes enfoncées par erreur ? Combien de personnes sont humiliées, qui ressentent une colère, une honte ? C’est ça qui se passe dans toute intervention de police. Combien d’ennemis tu crées en faisant cela ? Le cran de la radicalité de certaines personnes à qui s’est arrivé a du augmenter.

- Rejoindre les gens au Bataclan ou a Saint Denis, faire une cantine ou quelque chose qui rassemble, je trouve que c’est une bonne idée. Il y a eu aussi d’autres initiatives : les portes ouvertes, sur les reseaux sociaux, c’est un mouvement spontanné qui s’est lancé pour ouvrir sa porte aux gens qui ne savaient pas où se réfugier. Pour avoir visité les liens, lu les commentaires, et avoir habité à Saint Denis, émotionnellement c’est bien d’avoir une base de discussion, se poser, avant de parler concrètement de ce qu’on entreprend et de ce que tout ça implique. Les gens à qui on parle, notre famille, les gens qui ne partagent pas notre avis, on doit faire des questions-réponses, faire un atelier où l’on prépare des réponses pour faire face à des avis difficiles à contrer : comment réagir à l’état d’urgence ?

- Je suis très contente d’être ici à écouter ce débat. La question des armes est importante, dans les perquisitions ils ont trouvé des armes, pas qu’une vingtaine. Cette loi a échoué sur la sécurité mais c’est parce qu’ils ont mis peu de moyens, ils n’ont pas assez de personnels et de logiciels. C’est toujours de la faute des autres pays.

- Voici plusieurs propositions de ce qu’on pourrait faire :Retour ligne automatique
> un atelier sur la langue de bois : prendre ce qui revient comme vérité incontestable et chercher d’autre(s) réponse(s) Retour ligne automatique
> constituer une bibliographie, filmographie pour celleux qui veulent creuser plus sur une question ou une autre

- La géopolitique c’est super important, il y a un blackout complet là-dessus. Les discours conspirationnistes sont décryptés par la presse mais toute la lecture géopolitique sous-jacente est disqualifiée du même coup. J’ai peur qu’on parle de ce qu’on doit faire et qu’on traverse une phase d’impuissance en terme de lutte en évacuant la question durant 3 mois.

- On sent bien que ceux qui nous gouvernent ont dépolitisé les choses, on rentre un peu dans un état de confusion qui nous atteint tou-tes. Je me prends à penser que de la vase peut naître une belle fleur : de l’émotion collective on peut faire émerger quelque chose à fédérer. Il y aura sans doute d’autres attentats, il faut peut-etre prévoir des cantines, des secours à la place des secours, des réponses collectives. Même si c’est pas au sujet d’un attentat, il faut voir comment occuper l’espace.

- La géopolitique c’est très important : j’entends qu’on parle de salafisme au singulier, mais il y a des salafismes, du wahabisme, une longue histoire de l’islamisme dit « radical » depuis le 16e siècle, puis la constitution des frères musulmans au début du 20 e siècle. Il me semble vraiment nécessaire de reprogrammer quelques discussions sur la filiation des mouvements islamistes, et même de l’histoire de l’Islam plus généralement, qu’on sache un peu mieux de quoi on parle.

Si on doit synthétiser un peu grossièrement cette discussion, il y avait plusieurs envies qui se sont recroisées tout du long : d’un côté celle d’approfondir les questions géopolitiques, sociologiques et historiques, de l’autre celle d’agir concrètement contre l’état d’urgence et ses différentes manifestations ; que ce soit par l’action directe contre les idéologues sécuritaires et les lobbies d’armement, par l’occupation de la rue, la résistance directe à l’oppression policière ou encore par la multiplications des discussions comme celle-ci.

Comments from Mastodon: