BAM !
Bibliothèque Associative de Malakoff
10/6 – 4ème atelier de lecture : « Crack capitalism » de John Holloway
Categories: Évenements

Le jeudi 10 juin à 19h à la BAM aura lieu le 4ème atelier de lecture à voir haute, autour du livre de John Holloway publié par les éditions Libertalia. Nous proposons que la soirée se déroule en auberge espagnole.

holloway-crack

 

Nous vous livrons les premières pages (21-23) du livre comme mise en appétit :

Rompre. Nous voulons rompre. Nous voulons briser le monde tel qu’il est. Un monde d’injustices, de guerres, de violences, de discriminations, de Gaza, de Guantánamo. Un monde de milliardaires dans lequel un milliard de gens vivent et meurent de faim. Un monde où l’humanité s’hannihile elle-même, massacre les formes non humaines de vie et détruit les conditions de sa propre existence. Un monde gouverné par le capital. Un monde de frustrations et de gaspillage des possibilités.

Nous voulons créer un monde nouveau. Nous protestons ; bien sûr nous protestons. Nous protestons contre la guerre, contre l’utilisation croissante de la torture dans le monde ; nous protestons contre la transformation de toute forme de vie en marchandise à vendre et à acheter, nous protestons contre le traitement inhumain des immigrés, nous protestons contre la destruction du monde dans l’intérêt des profits.

Nous protestons et nous faisons davantage. Nous le faisons et nous devons le faire. Si nous protestons seulement, nous permettons aux puissants de mettre en avant leur ordre du jour. Si tout ce que nous faisons consiste à s’opposer à ce qu’ils essaient de faire, alors nous ne faisons que suivre leurs pas. Rompre signifie que nous faisons davantage que cela, que nous prenons l’initiative et que nous fixons l’ordre du jour. Nous nions et, au travers de notre négation, se développe une création, un autre-faire, une activité qui n’est pas déterminée par l’argent, une activité qui n’est pas façonnée par les règles du pouvoir. Souvent le faire alternatif émerge de la nécessité : le fonctionnement du marché capitaliste ne nous permet pas de survivre et nous avons besoin de trouver une autre façon de vivre, des formes de solidarité et de coopération. Souvent elle découle également d’un choix : nous refusons de soumettre nos vies à l’empire de l’argent, nous nous consacrons à ce que nous considérons comme nécessaire et désirable. D’une façon ou d’une autre, nous vivons dans le monde que nous voulons créer.

Maintenant. Il y a urgence. Assez ! Ya basta ! Nous en avons assez de vivre dans un monde d’exploitation, de violence et de famine et nous en avons assez de créer un tel monde. Maintenant il y a une nouvelle urgence, l’urgence du temps lui-même. Il est devenu clair que nous les humains, nous sommes en train de détruire les conditions naturelles de notre propre existence ; et il semble improbable qu’une société dans laquelle la force déterminante est la recherche du profit puisse renverser cette tendance. Les dimensions temporelles de la pensée radicale et révolutionnaire ont changé. Nous plaçons un crâne sur nos bureaux, comme les moines de l’ancien temps, non pour glorifier la mort, mais pour nous concentrer sur le danger imminent et pour intensifier la lutte pour la vie. Cela n’a plus aucun sens de parler de la patience comme une vertu révolutionnaire ou de parler d’une « future révolution ». Quelle future révolution ? Nous avons besoin d’une révolution maintenant, ici et maintenant.

 

Les précédents ateliers de lecture :

– La revue Micrurus : http://www.b-a-m.org/2015/05/145-3e-atelier-de-lecture-revue-micrurus/

La Zone du Dehors d’Alain Damasio : http://www.b-a-m.org/2015/03/la-zone-du-dehors-lecture-critique/

A nos amis du Comité Invisible : http://www.b-a-m.org/2015/02/a-nos-amis-lecture-critique/

 

 

Comments from Mastodon: