BAM !
Bibliothèque Associative de Malakoff
Courir pour courir contre saison 2019-2020
Categories: General

 

 

COURIR POUR, COURIR CONTRE – SAISON 2019-2020

Pour la troisième année, un camarade de Malakoff propose un rendez-vous mensuel d’exercices physiques, un samedi par mois, que nous relayons avec plaisir. 

Rendez-vous à 10h00 devant la sortie du métro Châtillon-Montrouge (ligne 13), juste à côté du départ du tram :

samedi 28 septembre

samedi 12 octobre

samedi 16 novembre

samedi 14 décembre

samedi 11 janvier

samedi 15 février

samedi 14 mars

samedi 18 avril

samedi 16 mai

samedi 20 juin

 

Infos pratiques

Compter environ 1 heure : échauffements au début, course puis étirements pour finir

Les courses se font sur la coulée verte : une piste piétonne et cyclable, arborée, bitumée au début puis en terre battue

Plusieurs distances sont possibles en fonction des motivations présentes :

Trajet de 5 kms : Châtillon-Montrouge → Fontenay- aux-roses (A/R)

Trajet de 10 kms : Châtillon-Montrouge → château de Sceaux (A/R)

Trajet de 20 kms (pour les grands jours !) : Châtillon-Montrouge → mémorial Salvador-Allende à Massy (A/R)

 

On court comment ?

Le but est bien de courir ensemble : donc, on commence tranquille, tout doux, les plus entraîné-e-s s’adaptant au rythme des autres. Possibilité de scinder le groupe si besoin et si accord du groupe…

En cas d’alerte à la pollution (si, si, ça arrive…), la course peut se transformer en marche avec plus d’étirements, de mouvements d’assouplissements, et petite musculation…

Courir

Courir pour le plaisir

courir pour l’effort

courir pour tenir

courir pour lâcher

courir pour faire le vide

courir pour expirer ses tensions, inspirer ses idées

courir pour retrouver cet élan de l’enfance, ce mouvement premier

courir pour se rappeler que l’on a un corps avec des muscles, des tendons, des articulations, des tripes, de la sueur et un cœur qui bat, qui rythme, qui cogne, qui donne le tempo,

courir pour ressentir ce corps et en côtoyer (gentiment) les limites

courir pour narguer, quelques dixièmes de seconde, l’apesanteur, l’attraction terrestre et le plancher des vaches

courir pour se rappeler qu’autrefois nous avons été cueilleurs-chasseurs, agiles, mobiles, aux aguets

courir pour se rappeler que nous sommes devenus sédentaires, urbains, ascensorisés, pilotés, motorisés…

courir contre toute attente

courir contre le vent

courir ensemble, sans écouteurs, sans capteurs, sans puces, ni GPS

courir ensemble, sans esprit de gagne, ni de compétition

courir à même la terre et non sur les tapis des clubs de remise en forme

courir en souvenir de « Marathon man » ou de la « Solitude du coureur de fond »

courir pour se préparer aux manifs, à un contrôle de police ou à un taureau dans les rues de Pampelune

courir contre l’accélération insensée, centrifugeuse d’humanité

courir pour méditer notre monde en mouvement

courir pour célébrer la course des planètes

courir en hommage à ceux et celles qui voient plus loin que le bout de leur foulée, qui résistent, qui luttent pour la justice, pour la vie sur terre

ou courir pour rien, comme ça, sauvage